www.alat.fr, et www.alat2.fr,
les bases de données les plus complètes sur l’ALAT
N’hésitez pas à me contacter :
09 52 60 60 73
christianmalcros@yahoo.fr
récit de Michel Salmon.
retour.

GROUPEMENT D'AVIATION D'OBSERVATION D'ARTILLERIE N°5 - GAOA N°5 -

Créé le 15 janvier 1948 à Tunis El Aouïna, le GAOA N°5 est rattaché administrativement au 1/62e RA (1). Mis sur pied le 3 février, il ne dispose pas encore d'avion. Six caisses, contenant des Morane 500, arrivent à Tunis le 12 février. "Le travail aérien se poursuit par des reconnaissances de secteurs intensives. On connaît, on reconnaît, on chouffe, on note. Quelle ardeur! Nous connaîtrons la Tunisie mieux que notre poche", lit-on dans le journal de marche, en juillet 1948.

Dans un rapport sur l'organisation technique de l'aviation d'observation d'artillerie, daté du 28 juillet 1951, le commandant Deroche précise que le Groupe, avec son effectif en mécaniciens satisfait dans la proportion de 30 à 60%, ne dispose d'aucun moyen propre lui permettant de constituer vraiment d'un premier et d'un deuxième échelon d'entretien, surtout si l'on tient compte du nombre proportionnellement élevé de mécanos qui sont fréquemment en déplacement avec les avions détachés par sections de deux ou trois pour des manœuvres ou exercices.

Le 1er novembre 1953, le GAOA N°5 comprend une escadrille de type A.

Une escadrille de type B est créée le 1er août 1954 puis une seconde, le 1er mai 1955.

Au 1er décembre 1955, la composition du GAOA N°5 est d'une escadrille de type A avec six Piper L-18C, de deux escadrilles de type B, l'une avec six L-18C, et l'autre avec six NC 856 Norvigie.

Le dernier Criquet 0 est reversé à l'Armée de l'Air le 8 mars 1956.

Au 31 mars, le GAOA N°5 à en dotation douze L-18C et six NC 856 répartis entre la base arrière d'El Aouïna et le détachement permanent de Gafsa. Au cours d'une mission de liaison de Moularès à Gafsa, le 8 juin, un NC-856A piloté par le maréchal des logis Robert Toussaint, accompagné des capitaines Alibran et Le Coniac de la Longrays du 4e RIC, s'écrase au sol à proximité de l'aérodrome de Gafsa. Pilote et passagers sont tués et carbonisés, l'appareil ayant immédiatement pris feu.

Le 1er juillet une escadrille d'hélicoptères légers est créée avec trois Bell 47G-2 (2).

Le 1er août, les autochtones, soit sept hommes de troupe, sont mutés au I/62e RA, le GAOA N°5 ne comprend plus que du personnel français.

Un détachement opérationnel de deux avions est mis en place à Gabès le 29 octobre.

A compter du 1er avril 1957, le GAOA N°5 fonctionne comme une batterie détachée du 412e RAA. Le détachement de Kasserine devient permanent.

Le 1er juin, c'est au tour du détachement de Gabès de devenir permanent avec un Piper qui lui est rattaché.

Le 25 juin, un détachement permanent est mis en place avec un L-18C à Souk el Arba.

Le 9 juillet, le détachement de Gafsa s'installe à Gabès. Le 12, celui de Kasserine rentre sur Tunis. Le 18, le détachement de Souk el Arba rentre à son tour sur Tunis.

Le 1er août, un détachement part à Souk-Ahras avec trois Piper L-18C, deux pilotes, un mécano et un observateur pour la surveillance de la frontière algéro-tunisienne.

Le GAOA N°5 est dissous le 14 août 1957 pour devenir GALAT N°5 par modification nominale (3).

 

Depuis le 22 avril 1980, les traditions des GAOA N°5 et GALAT N°5 sont confiées par COMALAT au 6e RHC.

 

(1) DM n°7181 du 8 janvier 1948 en application des DM n°9112/EMA/I/O du 12 septembre 1947 et n°9710/EMA/I/O du 6 octobre 1947, création alors différée pour des raisons matérielles.

(2) DM n° 3159/EMA/I.O du 11 juin 1956.

(3) DM n° 14 138/EMA/I.OS du 14 août 1957.

 

Commandants
aéronefs
les hommes
Salmon
Cliquez sur le nom
de la fiche que vous
souhaitez consulter