www.alat.fr, www.alat2.fr et www.matalat.fr,
les bases de données les plus complètes sur l’ALAT
N’hésitez pas
à me contacter :
christianmalcros@yahoo.fr

ECOLE D'APPLICATION DE L'AVIATION LEGERE

DE L'ARMEE DE TERRE – EA.ALAT -

 

L'EA.ALAT est créée à Satory, le 1er août 1957, à partir de l'annexe d'hélicoptères de l'ES.ALAT, elle-même issue, le 1er avril, du GH N°1, puis elle est transférée à Sidi-bel-Abbés, le 1er octobre. L'escadrille d'instruction Vertol H-21C du Cannet-des-Maures la rejoint le 20 du même mois.

Implantée sur la Base Aérienne 102, l'Ecole se situe à environ cinq kilomètres du centre ville. Le terrain, piste et parking, à proximité de la route de Mascara, est l’œuvre de l'aéronautique civile, tandis que les cantonnements ont été construits par le Génie militaire. Organisée en trois escadrilles d'instruction dispensant une instruction essentiellement technique, elle permet aux pilotes d'hélicoptères légers du type Bell 47G-2 d'obtenir leur qualification sur Westland ou Vertol H-21C. C'est en mai 1959 que débute l'initiation du vol aux instruments, sur Nord 3202 et Broussard ainsi que sur H-19. Une deuxième escadrille voit le jour en 1960 avec des Piper L-18C, elle est chargée de la formation des observateurs, détachés des grandes unités en opération en Algérie, au cours de stages de quarante jours. L'année suivante, débute le cours pratique accéléré de pilotage (CPAP) qui forme les pilotes du contingent en trois mois sur Piper. Ils obtiennent alors un Certificat Provisoire d'Aptitude au Pilotage des avions de l'ALAT (CPAP).

De 7560 heures de vol en 1957, l'activité passe à 7900 en 1958, tombe à 5920 en 1959 pour remonter à 8400 l'année suivante et atteindre 10850 heures en 1961. A la fin de cette année, 584 stagiaires auront été brevetés.

Jusqu'en septembre 1960, l'école détache à Méchéria quelques H-19, elle déploie aussi un autre détachement à Tlemcen, jusqu'en septembre 1961.

A l'issue du conflit algérien, l'EA.ALAT quitte Sidi-bel-Abbès et se replie sur Le Cannet-des-Maures (base du Luc), le 19 mars 1963. Elle y dispense alors un enseignement à la fois technique et tactique. D'avril à juillet 1963, la cellule "vol tactique" du capitaine Le Bot constitue l'ossature du cours VOLTAC, mettant au point les divers stages de pilotage et d'emploi des hélicoptères Alouette II et Alouette III au combat. Et dès le 1er août, les quatre premiers stagiaires débutent leurs cours. Devenus moniteurs, à l'issue de cette formation, ils viennent renforcer l'équipe. Les trois niveaux d'instruction, pilote, chef de bord et chef de patrouille ne seront créés qu'en 1970.

Le 20 octobre 1963, l'ALAT devient l'affectataire principal du terrain du Luc, en remplacement de l'Aéronavale, qui était désaffecté huit mois par an. Les baraques Fillod sont alors disséminées sur les quatre zones de la base. Au nord-ouest, dans la pinède, se trouve le mess, les logements des stagiaires et l'infirmerie (actuellement lotissement du Real Martin). La zone nord-est regroupe les installations temporaires, ancienne tour et locaux de différents services. Au sud-est, implantation actuelle de l'Ecole, il y a le bois de Vintignières. Quand à la piste de 1400 mètres, en plaques PSP, sans balisage de nuit, elle se situe sur la partie centrale.

Avec l'arrivée des Gazelle et des Puma et l'évolution du concept aéromobile, les missions de l'école augmentent considérablement. En février 1970, l'équipement en Puma permet la création d'un cours spécifique.

A compter du 1er janvier 1972, une section marine est intégrée à l'école. Elle disparaît à la fin 1975. Le 1er octobre 1975, le centre d'expérimentation de nuit est créé.

Le cours de contrôleurs finalistes sur radar "Spartiate" voit le jour en janvier 1977. Le 1er juillet, dans le cadre de la réorganisation de l'armée de terre et de la naissance des premiers RHC, la force d'hélicoptères de manœuvre est redéployée. Ainsi, l'EHM du GALDIV 3 est dissoute et ses SA 330 Puma sont affectés à l'EA.ALAT pour former, le 1er août, le groupe de manœuvre qui est stationné à Aix-les-Milles. Celui-ci rejoint Le Cannet-des-Maures fin août 1982.

Chargée de former les futurs commandants d'escadrille, l'école perfectionne les pilotes dans le domaine des actions aéromobiles et du vol aux instruments et participe aux exercices héliportés des grandes unités de la Ve région militaire. De plus, elle est chargée, en temps de guerre, de constituer le 4e RHC du 2e corps d'armée. Enfin, elle assure un service public en luttant contre les incendies de forêts, et en participant aux évacuations sanitaires et aux différentes opérations de sauvetage.

En février 1978 débute le cours des capitaines, celui des tireurs Hot voit le jour au mois de janvier suivant.

L'EHA du groupe de manœuvre ne voit le jour que le 1er septembre 1980. Le 29 avril 1981, l'étendard de l'ALAT est remis à l'école. Dans le courant de l'été 1985, le groupe de manœuvre, dissous, est intégré à l'EA.ALAT et ses appareils redistribués entre les deux EHM de l'école. Un 4e RHCMS étant créé à Nancy, l'école est alors chargée, en temps de guerre de lui fournir deux escadrilles de Puma supplémentaires. Ses Gazelle viendraient renforcer les 2e et 7e RHC.

Le groupe de manœuvre est recréé le 1er janvier 1986. C'est une unité combattante qui, en mobilisation, renforce le corps blindé et mécanisé (11e GHL, 2e, 6e et 7e RHC) et à la force d'action rapide (4e RHCM). Chaque été, l'EA.ALAT envoie deux Puma en Corse pour aider à la lutte contre les incendies de forêts.

Un centre d'études tactiques et d'expérimentations de l'ALAT est créé au sein de l'école le 1er juillet 1990.

Le 9 juillet 1992, le groupe de manœuvre de l'école reçoit officiellement la garde de l'étendard et les traditions du 2e RHC, dissous huit jours auparavant. Puis, le 1er août 1992, il y a la création du 2e RHAMCS au sein de l'Ecole. Cette même année, le stage 2 OPH92 devient la 1re promotion du Cours d'Application des lieutenants de l'ALAT.

Le 1er juillet 1994, une restructuration des écoles de l'ALAT regroupe les bases du Luc et de Dax qui sont rassemblées sous un commandement unique. La base école "Général Lejay" (BEGL) du Luc assure la formation au combat des pilotes d'hélicoptères.

 

 

Cliquez sur le nom
de la fiche que vous
souhaitez consulter
Vue aérienne de la base de Sidi-bel-Abbès, en 1960. Au fond, l’on aperçoit la ville (photo X, via Pascal Courbois).
Entrée de la base du Luc (photo EA.ALAT, collection Christian Malcros).
voir BEGL.